Micocoulier de Provence
Celtis australis

Famille Type Age Taille Port Milieu Origine Sexualité Floraison
Cannabacées arbre (feuillu) à feuillage caduc 300 à 600 ans 15 à 30 m. dressé Parc et jardin Europe du Sud jusqu'à l'Asie mineure hermaphrodite avril
plan large

Reconnaissance

Le micocoulier est un arbre du Midi qui craint le gel. Dans le nord de la France, il est surtout planté dans les parcs. Un critère intéressant pour le reconnaître, ses feuilles sont ordonnées de façon caractéristique sur les rameaux, un peu comme celles de l'orme. Elles sont disposées sur un même plan et de façon alterne (le terme botanique est distique). Ses feuilles sont asymétriques, plus longues que larges, avec une longue pointe, elles sont fortement dentées tout le long du limbe. Elles font penser à celles de l'ortie d'où son nom anglais de nettle tree. Autre détail important les nervures sont ramifiées dès la base du limbe par trois (voir la photo 4). Ses fruits (drupes), appelés micocoules, sont petits, ovoïdes, avec un noyau central et ils sont disposés à l'aisselle des feuilles. Ils sont comestibles. Son tronc puissant reste assez lisse même âgé, il ressemble un peu à celui du hêtre. A noter: avant on classait le micocoulier dans la famille des ulmacées.

Usages

Il est planté dans le sud de la France pour faire des fourches et d'autres petits objets en particulier des fouets. De son écorce, on tire une teinture jaune. Ses fruits sont comestibles, on s'en sert aussi pour faire de la liqueur.

Risque de confusion

Avec le micocoulier de Virginie (Celtis occidentalis) qui est plus petit dans nos régions et a des feuilles dentées jusqu'à la moitié du limbe. La feuille du micocoulier de Provence est plus longue plus étroite et surtout elle est dentée tout le long du limbe.

Haut de page

Reconnaître les arbres ©Loïc Jugue 2021

écrire à l'auteur